Follow

J'ai rêvé du sourire de cette femme rencontrée chez la sœur de combat.
Elle parle parfaitement anglais, m'explique qu'elle était chef d'entreprise dans son pays.
On parle de sa fille, elle a des notions solides de psychologie de l'enfant. Ici elle ne peut pas travailler, elle est coincée, elle n'est personne.
Elle souhaiterait au moins pouvoir faire du bénévolat pour donner un sens à ses journées.
L'impuissance dans laquelle on relègue les primo-arrivants fait des ravages .

Sign in to participate in the conversation
Hostux.social

This service is offered by alarig.
Beer, privacy and free software lovers. Join us!